La coopération internationale, gage de stabilité en mer Orientale

(VOVWORLD) - Il faut élaborer des solutions inclusives et durables pour régler les différends, instaurer la confiance et développer la coopération pour faire de la mer Orientale une zone stratégique, un espace pacifique, stable et développé. C’est  ce qui ressort du 9ème symposium international sur la mer Orientale qui vient d’avoir lieu à Ho Chi Minh-ville.
La coopération internationale, gage de stabilité en mer Orientale - ảnh 1

Franchise, objectivité, scientificité et ouverture… tels étaient les mots d’ordre de ce symposium, dont la toute première édition a eu lieu en 2009.

Des risques latents

Les participants à cette 9ème édition ont constaté d’emblée qu’en 2017, la situation en mer Orientale aura été plutôt stable. Depuis que la Cour permanente d’arbitrage a donné son verdict pour le procès intenté par les Philippines contre la Chine, en juillet 2016, le nombre d’accrochages sérieux en mer a diminué, ont-ils noté.

Néanmoins, les différences de points de vue vis-à-vis de l’histoire et du droit international constituent toujours des risques latents pour la paix, la sécurité, la sûreté et la stabilité de la mer Orientale. A cela s’ajoutent de nouveaux défis sécuritaires. Nulle part dans le monde les dépenses pour la défense n’augmentent aussi rapidement qu’en Asie-Pacifique. Elles ont atteint 450 milliards de dollars en 2016, soit 4,6% de plus qu’en  2015. Pour Le Cong Phung, ancien vice-ministre vietnamien des Affaires étrangères, c’est quelque chose de très inquiétant.

«Si le renforcement des capacités défensives et des partenariats profite à certains pays, il risque d’exacerber les concurrences stratégiques en général, économique et militaire en particulier.», estime-t-il.

Consolider la confiance stratégique

Le grand enjeu pour la région est désormais de protéger la mer Orientale des tourbillons du désordre et des conflits qui pourraient compromettre son «écosystème sécuritaire» général, ont affirmé les délégués, qui ont aussi souligné l’impératif d’élaborer des solutions inclusives et durables et d’accentuer la coopération internationale.

Selon le professeur Pham Quang Minh, recteur de l’Ecole des sciences sociales et humaines de l’Université nationale de Hanoï, la conclusion récente, par l’ASEAN et la Chine, d’un accord-cadre sur un Code de conduite en mer Orientale marque une avancée majeure. Cela dit, il reste beaucoup à faire pour que ce code de conduite devienne un outil juridique vraiment efficace. De toute façon, la volonté politique des parties concernées sera indispensable.

La coopération internationale, gage de stabilité en mer Orientale - ảnh 2Le professeur Carlyle A.Thayer, de l’Université de Nouvelle-Galles du Sud, de l’Académie australienne de la défense

Cette volonté se traduit par une confiance stratégique que les uns et les autres se doivent de construire et de consolider, a renchéri le professeur Carlyle A.Thayer, de l’Université de Nouvelle-Galles du Sud, de l’Académie australienne de la défense.

«J’espère que nous trouverons des solutions juridiques», nous dit-il. «C’est pour leur propre avenir que l’ASEAN et la Chine doivent négocier ce code de conduite.»

Membre actif et responsable de l’ASEAN et ayant des intérêts directs en mer Orientale, le Vietnam a toujours prôné une diplomatie multilatéralisée et diversifiée. Il recherche constamment des soutiens internationaux pour régler les litiges par des mesures pacifiques dans le respect du droit international. Ce 9ème symposium sur la mer Orientale a été l’occasion pour les experts vietnamiens de partager ce point de vue constructif avec leurs confrères internationaux.

Commentaires

Sur le même sujet
Autres