La lutte contre la corruption, une cause nationale

(VOVWORLD) - La lutte contre la corruption bat son plein au Vietnam. Elle s’est fortement accélérée, suite au 4ème plénum du comité central du Parti (11ème exercice) et au 12ème Congrès national du Parti communiste vietnamien, deux réunions dans lesquelles le Parti a maintes fois exprimé sa volonté inflexible d’éradiquer ce fléau. Pour cela, le PCV envisage son remodelage profond pour se renforcer. Certains doutent, à tort, de l’efficacité des dispositions existantes dans cette lutte, considérée par la population comme une avancée majeure pour le pays.
La lutte contre la corruption, une cause nationale - ảnh 1 La 12ème session du comité central d'anti-corruption - Photo noichinh.vn

Le fléau social de la corruption existe partout dans le monde, quel que soit son degré d’enracinement. Au Vietnam, la lutte contre la corruption constitue une mission de première importance et requiert une vigilance de tous les instants de la part du régime politique mais aussi de la société toute entière.

Premiers progrès

Le Parti et l’Etat ont pris de nombreuses mesures et mis en place différents dispositifs pour prévenir et lutter contre la corruption. La population est invitée à dénoncer les infractions auprès des autorités, du Front de la patrie du Vietnam, des organisations sociopolitiques ou même auprès des médias. Grâce à son implication massive, la corruption recule peu à peu. Plusieurs affaires particulièrement graves et complexes ont été découvertes et sévèrement jugées. Les comportements relatifs à la corruption ou à la dégénérescence politique et idéologique diminuent grandement au sein du Parti. En parallèle, les réformes administratives, la modernisation des hôpitaux, l’amélioration de la qualité des services ainsi que les engagements pris par les établissements scolaires contre les notations aléatoires représentent autant d’évolutions capables de contenir et de faire reculer la corruption. La population s’en félicite et les indices de satisfaction recueillis sur la qualité des services publics montrent une nette amélioration de celle-ci.

Les efforts consentis dans cette lutte contribuent de fait au maintien de la stabilité politique, au développement socioéconomique mais aussi à la consolidation de la confiance du peuple envers le Parti et l’Etat.

Un combat de longue haleine

Suite à ces résultats encourageants, le Parti et l’Etat souhaitent maintenant compléter les dispositifs politiques et le cadre juridique afin de lutter plus efficacement contre la corruption. Les exigences formulées par le Parti vis-à-vis des dirigeants d’organes publics ont été renforcées, tout comme les règlements intérieurs du PCV. L’Etat veille pour sa part à l’amélioration de sa gouvernance socioéconomique. Afin de repousser la corruption, le Vietnam renforce aussi sa coopération internationale et s’est engagé à appliquer la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la corruption, selon les termes et lois relatives au pays.

Lors de son 4ème plénum, tenu fin octobre 2016, le comité central du Parti communiste vietnamien avait adopté une résolution identifiant 27 formes de dégénérescences politiques, idéologiques et morales au sein du Parti. Il a également approuvé des mesures visant à y remédier. Soutenu par la population, le PCV se montre plus que jamais déterminé à lutter contre la corruption.


Commentaires

Sur le même sujet
Autres