L’accord sur le nucléaire iranien face à la pression des Etats-Unis

(VOVWORLD) - Les relations Etats-Unis sont encore une fois mises à l’épreuve suite aux nouvelles sanctions économiques américaines contre Téhéran. Pour Donald Trump, l’adoption de ces mesures signifie que les Américains ne vont pas davantage tolérer les agissements dangereux de l’Iran. Pour l’opinion publique iranienne, ces sanctions ne visent qu’à remettre en cause l’accord sur le nucléaire iranien signé en 2015 par l’Iran et le groupe 5+1.

Le 2 août dernier, Donald Trump a validé une loi élaborée par le Congrès introduisant un durcissement des sanctions économiques américaines contre l’Iran, la Russie et la République populaire démocratique de Corée. Selon les Etats Unis, le programme iranien ne respecterait pas l’accord sur le nucléaire iranien.
Pressions sur Téhéran de la part de Washington
Avant de valider cette loi, le président américain Donald Trump et son secrétaire d’Etat Rex Tillerson avaient estimé que l’Iran restait l’une des plus grandes menaces pour les intérêts américains et la stabilité de la région. Selon eux, les agissements de Téhéran sont contraires à l’accord sur le nucléaire iranien (JCPOA: Plan d’action global conjoint). En juillet dernier, Donald Trump avait demandé aux conseillers de la Maison Blanche de trouver des arguments pour pouvoir mettre fin à l’accord en octobre prochain. Les autorités américaines ont estimé que les bases militaires iraniennes,  étaient suspectes, un verdict rejeté par Téhéran et vécu comme une provocation. En juillet toujours, les Etats-Unis avaient imposé des sanctions sur 18 individus et organismes soutenant le programme de missiles balistiques iraniens. A l’époque, le Département d’Etat américain avait accusé l’Iran de soutenir le président syrien Bashar al-Assad.
Les analystes estiment que les décisions américaines visent à provoquer l’Iran pour qu’il sorte de l’accord. Certains pensent même qu’en agissant de la sorte, Donald Trump pourrait causer une nouvelle crise et une course à l’armement au Proche-Orient, impliquant l’Arabie Saoudite ou les Emirats arabes unis qui cherchent à développer leurs propres armes nucléaires.
Réactions prudentes de la part de Téhéran

L’accord sur le nucléaire iranien face à la pression des Etats-Unis - ảnh 1Le président iranien Hassan Rohani le 22 mai 2017 à Téhéran. Photo: ATTA KENARE AFP/Archives


Le 5 août, lors d’une rencontre avec la responsable de la diplomatie européenne Feferica Mogherini, le président iranien a appelé à plus d’efforts pour maintenir effectif l’accord nucléaire. Selon Hassan Rouhani, la République islamique d’Iran ne sera pas la première à violer l’accord, mais ne restera pas silencieuse si les Etats-Unis ne respectent pas leurs engagements. Téhéran répondra par des mesures proportionnées, a-t-il ajouté. Le chef de l’Etat iranien a également estimé que les sanctions américaines violent l’accord nucléaire car elles empêchent l’Iran de normaliser ses relations économiques avec le reste du monde et portent atteinte à l’investissement étranger dans ce pays. 
Le 8 août, le ministre iranien des Affaires étrangères, Javad Zarif, a indiqué que Téhéran souhaitait réduire les tensions avec Washington. Il a aussi estimé que Washington ne pourrait pas empêcher l’Iran de bénéficier des intérêts apportés par l’accord et que les Etats-Unis payeront cher s’ils mettaient fin à cet accord. 
Il s’agit d’une attitude sage de la part de Téhéran dans le contexte où les Etats-Unis cherchent à changer le pouvoir à l’Iran.
Les relations entre les Etats-Unis et l’Iran sont très tendues depuis l’entrée en fonction du président Donald Trump qui a beaucoup critiqué l’accord sur le nucléaire iranien, hérité de l’administration Obama. En adoptant de nouvelles sanctions contre l’Iran, Washington met à mal le pays tout en laissant des impacts négatifs sur l’accord sur le nucléaire iranien.

Commentaires

Sur le même sujet
Autres