Le décret migratoire de Donald Trump en partie validé

(VOVWORLD) - La Cour suprême des États-Unis a offert ce lundi une victoire politique à Donald Trump, en remettant partiellement en vigueur son décrit anti-immigration très controversé. Elle a par ailleurs accepté d’examiner en octobre prochain ce dossier potentiellement explosif.
Le décret migratoire de Donald Trump en partie validé - ảnh 1 La Cour suprême des États-Unis. Photo: REUTERS 

Le décret interdisant l'entrée aux États-Unis aux habitants de six pays majoritairement musulmans (Syrie, Libye, Iran, Soudan, Somalie et Yémen) durant 90 jours, et 120 jours pour les réfugiés du monde entier, s'applique désormais vis-à-vis de quiconque « n'ayant pas établi de relation de bonne foi avec une personne ou une entité aux Etats-Unis ». En d’autres termes: les ressortissants ayant de la famille ou des relations professionnelles sur le territoire américain ne devraient pas être touchés.

Encore une décision controversée

Le président américain Donald Trump s'est bien sûr félicité de cette décision de la Cour suprême, y voyant une « victoire nette » pour la « sécurité nationale ». « En tant que président, je ne peux pas laisser entrer dans notre pays des gens qui nous veulent du mal », a-t-il indiqué dans un communiqué.

En revanche, pour les opposants au décret, cette décision est «décourageante ». Dans la mesure où elle s’applique aux musulmans, cette interdiction d'entrée viole le principe constitutionnel fondamental selon lequel le gouvernement ne peut favoriser ou agir de façon discriminatoire à l'encontre d'une religion, ont-ils fait valoir.

Les pays concernés ont, eux aussi, réagi. Le gouvernement iranien a indiqué mercredi qu’il envisageait de prendre des mesures de rétorsion en réponse à cette décision de la Cour suprême américaine. « Cette décision est la preuve que les dirigeants de ce pays ont décidé d’ostraciser les musulmans », a déclaré le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères. Même son de cloche au Yémen où l’on parle d’une mesure discriminatoire et surtout inadaptée face au terrorisme et à l’extrémisme.  

Une victoire relative pour Donald Trump

Cette décision de la haute cour qui, aux États-Unis, a le dernier mot sur tous les sujets nécessitant une interprétation de la Constitution, sonne comme une victoire pour Donald Trump. Sa mesure emblématique, qui a connu deux moutures, avait été suspendue par de multiples juges, en première instance et en appel. Mais ce n’est pas une victoire totale ! Ce jugement qui prend effet ce jeudi sera valable jusqu'à ce que la Cour se prononce sur la légalité du décret présidentiel du 6 mars et examine tous les recours, ce qu'elle fera durant sa prochaine session qui débute en octobre. Notons que la justice américaine avait jusqu'ici la plupart du temps jugé le décret discriminatoire et contraire aux lois en vigueur sur l'immigration.   

 

Commentaires

Sur le même sujet
Autres