Quelle solution pour le dossier nord-coréen?

(VOVWORLD) - Les tensions dans les relations Washington-Pyongyang ne cessent de s’aggraver depuis les tests de missiles menés à la fin du mois de juillet par les Nord-Coréens. Quelles solutions pour le dossier nord-coréen alors que les mesures de sanctions s’avèrent inefficaces?
Quelle solution pour le dossier nord-coréen? - ảnh 1Des Nord-Coréens regardent les informations sur un lancement de missiles à Pyongyang, en République populaire démocratique de Corée, samedi 29 juillet 2017. Photo: AP/Jon Chol-jin 

Les Etats-Unis devraient procéder mercredi au lancement d’un missile balistique intercontinental (ICBM), Minuteman III. L’objectif était de vérifier l’efficacité et la précision de cette arme. C’est la deuxième fois en une semaine et la quatrième fois cette année que l’armée américaine effectue un  tel test, quelques jours à peine après le lancement par Pyongyang d’un autre ICBM, Hwasong-14, vers la mer du Japon. 
Les Etats-Unis perdent leur patience
Le Minuteman III fait partie de la triade nucléaire américaine, les deux autres étant le missile Trident III, un missile mer-sol balistique stratégique armé d’ogives nucléaires et lancé à partir d’un sous-marin nucléaire lanceur d’engins et les armes nucléaires portées par des bombardiers stratégiques. 
Le Minuteman III est capable de couvrir une distance de 13.000 kms. Il peut être équipé d’une tête nucléaire d’une puissance de 475 kilotons, soit 31 fois plus fort que la bombe atomique qui a ravagé Hiroshima en 1945. Le Minuteman III est testé environ quatre fois par an. Selon les analystes, il s’agit d’actes de dissuasion de la part de Washington face aux agissements nord-coréens dans la région. 
Les lancements des ICBM et la déclaration d’un parlementaire républicain, Lindsey Graham, ont aggravé les tensions entre Washington et Pyongyang. Lors d’une émission intitulée “Today show” diffusée mardi sur la chaîne NBC, le sénateur a affirmé que le président Donald Trump préférerait intervenir pour anéantir la République populaire démocratique de Corée plutôt que de laisser Pyongyang développer les missiles à longue portée. 
Selon ce même sénateur, si la pression sur la Chine pour faire cesser le le programme nucléaire nord-coréen s’avère inefficace, les Etats-Unis opteront pour des solutions militaires. De son côté, le commandant des forces de l’air des Etats-Unis au Pacifique, Terrence J.O’Shaughnessy, a affirmé que ses forces sont toujours prêtes à réagir car Pyongyang est la plus grande menace pour la stabilité de la région. 
Le vice-président américain, Mike Pence, a déclaré de son côté, que la patience stratégique avait pris fin. Le président américain, à la tête de la coalition, va intensifier les pressions économiques et diplomatiques pour que Pyongyang abandonne son programme nucléaire.
Alors que les Etats-Unis cherchent à faire pression sur la République populaire démocratique de Corée, la Chine, alliée de celle-ci, ne partage pas la même position. Donald Trump demande à la Chine de tempérer les Nord-Coréens, mais Pékin estime que seul le dialogue permettra de régler ce dossier. 
Suite aux récents tests de missiles nord-coréens, Pékin s’est contenté de publier un seul communiqué estimant que ces actes violent les résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU. Washington a estimé que cette réaction n’était pas suffisamment ferme et que si Pékin persistait dans cette attitude, les Etats-Unis procéderont à des représailles. 
L’embargo et les sanctions sont-ils des mesures efficaces?
Les Etats-Unis et d’autres puissances ont essayé d’empêcher le programme nucléaire nord-coréen en adoptant différentes sanctions, appuyées par l’ONU. Ces mesures ont été vaines. Washington semble donc perdre sa patience. Depuis l’investiture de Donald Trump, les Etats-Unis n’ont cessé d’adopter des sanctions contre les Nord-Coréens. La semaine dernière, ils ont instauré un embargo, suite aux tests effectués les 4 et 28 juillet. 
Les Etats-Unis souhaitaient obtenir le soutien de la Chine pour élargir l’embargo contre la République populaire démocratique de Corée, mais Washington a compris que Pékin ne voulait pas faire pression sur Pyongyang et que l’embargo n’apporterait pas les résultats escomptés. 
Durant le premier semestre 2017, le volume des exportations chinoises en République populaire démocratique de Corée a augmenté de 20%. Par ailleurs, malgré les sanctions, le PIB nord-coréen a enregistré une hausse de 3,9% au cours le premier semestre 2017 par rapport à la même période de 2016. Le dossier nucléaire nord-coréen reste sans solution.

Commentaires

Sur le même sujet
Autres