Restauration de la fête de Quảng Chiếu


(VOVworld) -
Depuis sa redécouverte et son ouverture, l’ancienne cité royale de Thang Long, à Hanoï, dévoile au public son trésor accumulé depuis des siècles, un trésor matériel, certes, mais qui sera bientôt complété par un bien immatériel exceptionnel. En effet, les services compétents sont en train d’étudier la restauration de la fête de Quảng Chiếu, une fête des lumières qui aurait été créée au 12ème siècle.

Restauration de la fête de Quảng Chiếu - ảnh 1
Photo: Internet

Au 12ème siècle, sous la dynastie des Ly, les rois, qui étaient réputés pour leur ferveur bouddhiste, ont décidé d’organiser la fête de Quảng Chiếu, (Quảng Chiếu signifie “rayonnement généreux”, en français), justement pour faire en sorte que la lumière de la miséricorde et de la fraternité du bouddhisme atteigne tout le monde. Cette lumière, ils souhaitaient qu’elle éclaire non seulement la cour, mais aussi la population toute entière, y compris celle des pays voisins, leur apportant la paix et le bonheur. C’est en tout cas ce qu’on peut lire dans plusieurs des anciens documents que les historiens ont pu rassembler. Le professeur Phan Huy Lê, président de l’association des historiens vietnamiens, apprécie la riche signification de cette fête: "Ce qui m’intéresse dans la fête de Quảng Chiếu, c’est que c’est une fête à la fois culturelle, religieuse, en l’occurrence bouddhiste, royale et folklorique. Ce sont toutes ces caractéristiques qui expliquent la richesse de la fête."

Aujourd’hui, la fête de Quảng Chiếu n’existe plus, mais les chercheurs ont trouvé plusieurs documents et objets historiques témoignant de son existence. On peut ainsi lire dans le “Đại Việt sử lược”- “L’histoire simplifiée du Dai Viet”, en français, autrement dit les annales officielles de 1110 - que “la fête des lumières de Quảng Chiếu est organisée à la porte de Đại Hưng au printemps, au premier mois lunaire”. Un autre livre d’histoire plus exhaustif, le “Đại Việt sử ký toàn thư”- “L’histoire complète du Dai Viet”, en français, publié en 1126 - note qu’“au printemps, au deuxième mois lunaire, la fête des lumières de Quảng Chiếu est organisée pendant 7 jours et nuits, sous les yeux de l’ambassadeur du Chiêm Thành”. On peut aussi trouver, sur une stèle dans la pagode de Long Đọi, dans la province de Ha Nam, un écrit de 1121 qui décrit, avec une concision remarquable, cette fête qui attirait tous les regards par une tour de 7 étages somptueusement décorés avec toutes sortes de pierres précieuses, une tour lumineuse avec un dispositif sous-terrain conçu de telle manière que la tour pouvait tourner sur elle-même.

Les chercheurs et les historiens espèrent désormais restaurer la fête de Quảng Chiếu pour ressusciter un rite culturel et religieux typique de Thang Long d’antan, mais aussi pour “réveiller l’âme” de la cité royale en tant que site classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. C’est en tous cas l’avis de Trần Đức Hiệp, cadre du secteur touristique de Hanoï: "La redécouverte de la cité royale de Thang Long nous a dévoilé un patrimoine architectural, artistique et archéologique inestimable, qui nous apprend des choses sur l’histoire de nos ancêtres et sur leur indomptabilité face aux agresseurs. J’ai été extrêmement étonné et touché de voir, pour la première fois, des céramiques sophistiquées que nos ancêtres avaient produites il y a des milliers d’années. Je me demande toujours comment ils ont pu faire tout ça, mais ce qui est certain, c’est qu’ils avaient une riche vie et une esthétique extraordinaire. Et maintenant, je m’impatiente de voir cette fête vieille de 10 siècles enfin renaître."

Mais selon Nguyễn Viết Chức, directeur de l’institut de recherche sur la culture de Thang Long, la fête de Quảng Chiếu doit encore faire l’objet d’une étude minutieuse avant de déboucher sur l’élaboration d’un scénario de restauration. Il souligne d’ailleurs la difficulté, sinon l’impossibilité, de reproduire telle quelle une fête qui avait lieu il y a 10 siècle. M.Chức suggère ainsi d’allumer non seulement des lampes à pétrole et des bougies, comme autrefois, mais aussi des lanternes plus contemporaines, autrement dit de combiner tradition et modernité. Il va encore plus loin en proposant de donner un caractère plus universel à la fête, car, selon lui, le souhait de la paix et de la sérénité n’appartient pas qu’aux dynasties féodales vietnamiennes, loin de là. Il existe bel et bien dans l’ère Ho Chi Minh. Et à l’instar de la fête de la lumière de Diwali, en Inde, ou la fête des lanternes de Thaïlande, la fête des lumières de Quảng Chiếu, qui devrait être bientôt restaurée, aura pour vocation d’effacer la haine dans le coeur de chacun. Dans cet esprit, la restauration de cette fête permettra non seulement de ressusciter l’âme de la cité royale de Thang Long, mais aussi d’embellir l’image du Vietnam et des Vietnamiens.

Commentaires

Sur le même sujet
Autres