Đường Lâm, une image d’estampe

(VOVworld) - Direction Duong Lâm, un village ancien situé à une cinquantaine de kilomètres à l’ouest de Hanoi, la capitale. C’est un village construit en latérite, typique en cela du delta du Fleuve Rouge. Mais c’est aussi là que sont nés Ngô Quyên et Phùng Hung, deux rois qui ont marqué l’Histoire du Vietnam. 

Đường Lâm, une image d’estampe - ảnh 1 

Duong Lâm, c’est avant tout une image d’estampe. Rien ne manque : depuis la porte d’entrée jusqu’à la maison communale en passant par le banian, l’embarcadère, le puits, la pagode… C’est « le » village vietnamien par excellence, miraculeusement préservé des affres du temps et de ceux d’une modernisation parfois impitoyable avec les vieilles pierres : un véritable cas d’école, qui fait le bonheur des historiens autant que celui des touristes.      

Đường Lâm, une image d’estampe - ảnh 2 

Jadis, le village comptait cinq portes d’entrée. Il n’en subsiste qu’une, à l’heure actuelle, qui remonte à 1833 et sur laquelle sont écrits ces quelques mots: « de tout temps, il y eut ici des talents. ». Une manière comme une autre de faire comprendre au visiteur qu’il ne se trouve pas n’importe où… Précaution inutile, me direz-vous, tant le paysage qui s’offre justement au visiteur est exceptionnel : exceptionnel de douceur et d’harmonie, avec juste ce qu’il faut de verdure et de vieilles pierres. Ajoutez à cela cette légère brise qui fait ondoyer les rizières… Les poètes ne s’y sont d’ailleurs pas trompés, qui ont été nombreux à célébrer les charmes bucoliques de l’endroit. Aujourd’hui, les photographes leur ont emboîté le pas. C’est notamment le cas de Nguyên Chinh, natif de Duong Lâm et manifestement fier de l’être.

« Le village a su garder son âme. Il n’a pas du tout subi les injures du temps, sans doute parce que ses habitants ont su cultiver un art de vivre particulier, et ce en dépit des périodes mouvementées de l’Histoire. »  

Đường Lâm, une image d’estampe - ảnh 3 

La maison communale de Mông Phu - Mông Phu étant l’un des hameaux du village - a été érigée en 1684, sur un léger promontoire. Architecturalement parlant, elle présente des influences muong, avec notamment un plancher en bois qui fait penser à ceux des maisons sur pilotis. A noter que sa cour est en creux par rapport aux maisons alentours et qu’elle est entourée par deux égouts, figurant la barbe du dragon.         

Mais Duong Lâm a aussi ses enfants illustres. Et pas n’importe lesquels !... Combien de villages peuvent en effet s’enorgueillir d’avoir été le berceau de deux monarques ? Alors naturellement, comme il se doit en pareil cas, il y a quelques temples pour nous le rappeler.

Celui de Ngô Quyên a été restauré à plusieurs reprises, la dernière remise en état remontant au règne du roi Tu Duc, c’est-à-dire au beau milieu du 19ème siècle.    Ngô Quyên, c’est le héros de la bataille fluviale de Bach Dang ( en 938), celui qui a mis fin à mille ans de domination chinoise et dont l’avènement correspond à une ère d’autonomie retrouvée, pour le Vietnam.    

Quant au temple dédié au roi Phùng Hung, héros lui aussi de la lutte contre les envahisseurs chinois ( en 791), il a été construit dans le hameau Cam, où habite Phùng Khac Thành.

« C’est à Duong Lâm que Phùng Hung a rassemblé ses généraux et ses soldats pour mener l’insurrection contre les envahisseurs. Après sa mort, les villageois ont construit un temple en son honneur. C’était un très grand temple, mais pendant la première guerre de résistance contre les colonialistes français, il a été détruit, puis reconstruit. »  

Đường Lâm, une image d’estampe - ảnh 4 

La latérite est un matériau typique du delta du Fleuve Rouge dont la résistance ne fait pas débat, pas à Duong Lâm en tout cas, où l’ancienneté des édifices est là pour en témoigner.     

On y recense en effet 956 maisons anciennes en latérite, essentiellement dans les hameaux de Dông Sàng, de Mông Phu et de Cam Thinh. Certaines d’entre elles remontent au 19ème, au 18ème ou même au 17ème siècle. Kiêu Van Thông est l’heureux propriétaire de l’une de ces petites perles patrimoniales.     

« Ma maison est entièrement construite en bois, sur un sol en latérite. Regardez, elle a 5 travées et 2 appentis, la travée centrale étant bien sûr réservée à l’autel des ancêtres. Il y a aussi des sculptures, qui ont été très bien préservées et qui nous montrent bien ce qu’était le quotidien de nos ancêtres. Si vous allez dans le jardin, vous verrez aussi un vieux puits, en latérite, toujours. Moi, je trouve que c’est vraiment important de conserver tout ça ! »  

Duong Lâm est le premier village ancien du Vietnam à avoir le titre de vestige historique et culturel national. C’était le 19 mai 2006. Mais cette distinction ne semble pas avoir troublé les villageois outre mesure, qui ont su garder toute sa noblesse et toute sa sérénité au lieu. Qu’ils en soient ici remerciés !    

 

Commentaires

Sur le même sujet
Autres