Les mariages Pu Peo

(VOVworld) - A l’instar des autres groupes ethniques avec lesquels ils peuplent la province de Ha Giang, les Pu Peo restent farouchement attachés à leur culture, à leurs coutumes et à leur style de vie. En témoignent leurs rituels de mariage.   

 Les mariages Pu Peo - ảnh 1
Photo d'illustration : Vu Nguyen

Les jeunes Pu Peo sont tout à fait libres de flirter et de filer le parfait amour sans que personne ne trouve à y redire. Pour les mariages, il y a bien une procédure à respecter, mais celle-ci n’a rien de très contraignant.     

Lorsque deux jeunes tourtereaux décident de convoler en juste noces, la famille du jeune homme dépêche un entremetteur auprès de celle de la jeune fille pour faire une demande en bonne et due forme. Ambassadeur zélé s’il en est, l’entremetteur aura pris soin d’emporter avec lui du riz gluant, une bouteille d’alcool et une petite somme d’argent, le tout joliment emballé dans du papier rouge, le rouge étant comme chacun sait la couleur traditionnelle des épousailles. Luu Van San, un folkloriste de la province de Hà Giang :

« L’entremetteur présente les cadeaux à la famille de la jeune fille et formule la demande. Si la famille est d’accord, elle accepte le riz gluant, la monnaie et la bouteille d’alcool. Si elle refuse, elle retourne tous les cadeaux. »

Supposons donc qu’elle soit d’accord ! Dans ce cas, l’entremetteur s’en revient chez le jeune homme et l’informe de l’heureuse nouvelle. Il est temps alors de songer à préparer les cadeaux de mariage : deux bouteilles d’alcool, du riz gluant, un coq, et un bon métrage de tissu rouge… Quelques parents aisés offrent même à leur future belle-fille un bracelet et une bague. Luu Van San, encore :

« L’entremetter met dans une corbeille trois paquets de riz gluant, un morceau de travers de porc, deux bouteilles d’alcool, deux coqs, deux bols, une pièce d’étoffe rouge et une chaîne de perle. En principe, la chaîne en question doit être aussi longue que la table de chez la jeune fille. Quant à la pièce d’étoffe, elle doit complètement recouvrir la table. Une fois cette question des cadeaux réglée, les deux familles discutent de la cérémonie de mariage. »

Après avoir choisi un jour propice, les deux clans se mettent donc à préparer la cérémonie. Les jeunes mariés et leurs familles revêtent les costumes traditionnels de leur ethnie ce jour-là. Pour ce qui est de la robe de la mariée, c’est à la mère et aux soeurs de celle-ci que revient l’honneur de la confectionner. Trang Thi Mai :

« Quand ma fille s’est mariée, je lui ai donné la plus belle tenue de notre ethnie pour lui rappeler qu’elle faisait partie de la communauté des Pu Peo. »

La délégation qui accompagne la jeune mariée le jour J doit être en nombre impair.  Dès son arrivée, elle est chaleureusement accueillie avec de l’alcool ou du thé. Les deux clans échangent alors des airs alternés avant de festoyer jusque tard dans la nuit.   Le lendemain, un ami de la jeune mariée la porte sur son dos vers sa nouvelle maison. Son jeune époux l’attend à la porte pour annoncer à ses ancêtres que désormais, la famille reçoit un nouveau membre. Effectivement, c’est chez son époux que la jeune fille va s’installer à tout jamais. Chez ses parents, elle sera désormais considérée comme une invitée. Luu San Van, toujours :

« Trois jours après le mariage, si ses beaux-parents habitent à proximité de chez lui, le jeune marié leur rend visite avec sa femme. S’ils sont loin, il faut attendre une semaine. Juste après son mariage, la jeune mariée ne doit pas faire le ménage ou la vaisselle, ni même se reposer sur la mezzanine. »  

Pas de ménage ? Pas de vaisselle ? Qu’on se rassure, cette situation ne dure pas et celles qui se bercent d’illusions sont très vite ramenées à une plus juste considération de la réalité de leur quotidien. Au besoin, leurs belles-mères sont là pour le leur rappeler…

Quoiqu’il en soit, une fois mariée, une femme porte le patronyme de son époux. Et attention, pas de consanguinité ! Si un homme du clan A se marie à une femme du clan B, les autres hommes du clan B ne pourront jamais se marier à d’autres femmes du clan A.

Commentaires

Sur le même sujet
Autres