«Le journal papier a toujours sa place»

(VOVWORLD) - La dernière fois que vous avez lu un journal papier, ça remonte à quand?  Rappelez-vous… L’odeur de l’encre, le plaisir de feuilleter…

Une époque révolue? Allons donc!… À Hanoi, en tout cas, le journal papier fait de la résistance et tient la dragée haute aux bulletins informatisés.

«Dernière édition, dernière édition! Achetez An ninh Thu dô, Công an nhân dân  Ou bien les journaux sportifs pour avoir le calendrier des matchs de football à travers le monde…»

Ces cris semblent déjà appartenir à une autre époque… Pour autant, le journal papier n’est pas mort, qu’on se le dise… Il survit tant bien que mal aux évolutions fulgurantes du secteur de la presse, à Internet et à l’information en continu…   

«Le journal papier a toujours sa place» - ảnh 1

«Le journal papier a toujours sa place» - ảnh 2

Photo: Duc Quy/VOV5

C’est comme beaucoup d’entre nous, à cinq heures du matin, que les journaux papier comment leur journée. Ficelés par paquets, ils s’entassent par milliers sur les trottoirs de la rue Dinh Lê, près de la poste municipale.

«Le journal papier a toujours sa place» - ảnh 3

Hà Nôi moi, Nguoi Hà Nôi, An ninh Thu dô, Nhân dân, Lao Dông, Thanh niên… Autant de titres qui rythment le quotidien des habitants de la capitale, et que Mai Van Vinh, distributeur depuis une vingtaine d’années, s’efforce de faire parvenir à leurs destinataires dès sept heures.

«Le journal papier a toujours sa place» - ảnh 4

Photo: Duc Quy/VOV5

«Le matin, je me lève à quatre heures», nous raconte-t-il. «Je me rends tout d’abord dans les imprimeries et les maisons d’éditions pour prendre livraison. Je dois ensuite préparer des paquets pour les kiosques qu’on trouve un peu partout dans la ville. De nos jours, les distributeurs de journaux papier comme moi gagnent beaucoup moins qu’avant.... Mais il y a quand même une certaine forme de lecture traditionnelle qui vaut d’être conservée, je trouve... Moi, ça me fait toujours chaud au cœur de voir des gens avec un journal en main, qui lisent avec plaisir…» 

«Le journal papier a toujours sa place» - ảnh 5 Photo: dantri.com.vn

Effectivement… En se promenant sur les berges du lac de l’Épée restitué ou dans les petites rues du vieux quartier, on rencontre souvent des gens d’âge mur qui, manifestement, savourent leur lecture quotidienne... Parfois, ils discutent entre eux de tel ou tel article… Le journal devient alors prétexte à des échanges nourris et constitue presque un art de vivre à la hanoïenne…      

-         «Chaque jour, je dois absolument lire un journal papier: c’est mon plus grand plaisir. Si je n’ai pas le temps de lire, j’ai l’impression de passer à côté de quelque chose…  Pourquoi je préfère le journal papier? Parce qu’il ne diffuse jamais de fausses nouvelles!... C’est aussi à travers la presse papier que l’on retrouve les journalistes à l’ancienne, que l’on reconnaît à leur expérience, à leurs qualités rédactionnelles, à la richesse de leurs contenus. Et puis, le papier imprimé, c’est quand même mieux pour mes yeux! Il faut dire que je ne suis plus très jeune…»

-         «Avant, il fallait faire la queue tous les jours pour acheter les journaux. Un groupe d’amis pouvait partager un journal puis discuter d’un bon article, d’un commentaire réussi... Moi, j’ai gardé cette habitude de partager les journaux avec mes voisins. Et effectivement, je trouve que le journal papier est un document de référence».

-         «Je lis les journaux papier tous les jours pour me tenir au courant de l’actualité politique et sociale, même si je ne travaille plus. J’apprécie leurs analyses approfondies. Elles me permettent d’avoir une vision plus claire».

L’apparition des journaux en ligne et des autres médias numériques aura eu pour effet de réduire considérablement le nombre de kiosques en ville. Il n’empêche. Des kiosques, il en existe encore, et des lecteurs aussi. Anh Huong, vendeuse de journaux dans la rue Ly Nam Dê:

«C’est entre 1990 et 1995 que le journal papier a connu son heure de gloire», se souvient Anh Huong, vendeuse de journaux dans la rue Ly Nam Dê. «Cela étant, j’ai encore beaucoup de clients fidèles. Tu vois, je fais de gros paquets de journaux: ce sont les publications du mois. Je vais les envoyer aux abonnés vivant à l’étranger. Pour eux, les journaux papier sont une source d’informations utile sur leur pays natal, et même une sorte de nourriture spirituelle. Le journal papier a toujours sa place dans le cœur et la vie des Hanoïens. Il ne disparaîtra jamais. C’est sûr».

Le journal papier fait partie intégrante du mode de vie des Hanoïens, et la presse numérique n’a qu’à bien se tenir…      

Sur le même sujet

Commentaires

Autres