A Hler, un Sedang entrepreneur

(VOVWORLD) - Avant 1995, les Sedang de Kon Kolok, qui est un village de la province de Kon Tum, sur les Hauts plateaux du Centre, vivaient dans la pauvreté. Même quand le climat était clément, ils n’avaient qu’à peine de quoi manger… Tout a changé lorsqu’un des leurs, un certain A Hler, s’est pris de passion pour les nouvelles techniques culturales.
A Hler, un Sedang entrepreneur - ảnh 1

Pourquoi doit-on rester pauvre alors que d’autres vivent aisément? C’est cette obsession qui a poussé A Hler à aller voir ailleurs. Il s’est donc rendu dans les provinces voisines, d’abord à Dak Lak et à Gia Lai, à la rencontre d’agriculteurs performants qui étaient prêts à partager leur savoir… En 1996, A Hler a pris la décision de sa vie: en plus de cultiver du riz, il allait désormais planter des caféiers, des hévéas et des litsées, tout en continuant à apprendre auprès de cultivateurs expérimentés. Aujourd’hui, il dispose de deux hectares de caféiers, un hectare d’hévéas, 2500 m2 de riz, sans compter un troupeau de bétails et de volailles de plusieurs dizaines de têtes. Ce qui lui apporte un bénéfice net de 250 millions de dongs par an! A Hler a réussi son pari et il s’en félicite.

«Il faut apprendre toujours plus pour enrichir ses connaissances, savoir calculer et appliquer les progrès scientifico-techniques. La solidarité est aussi quelque chose d’essentiel dans la vie comme dans la production. Avant, je travaillais très dur, physiquement parlant. Maintenant, grâce aux machines, ça va mieux et plus vite.»

En 2015, A Hler a pu construire une vaste maison à l’occidentale avec tous les conforts dont il rêvait autrefois. Elle est entourée d’un jardin de 3700 m2. Le Sedang démuni d’hier est devenu aujourd’hui un riche qui partage son secret avec les autres villageois. Il leur apprend en effet à planter et à soigner les caféiers, les hévéas et les litsées. A Bôm, le patriarche du village, le respecte beaucoup.

«A Hler est toujours disponible lorsqu’il s’agit d’expliquer aux villageois ce qu’il faut faire pour améliorer la production. Non content de le faire au cours de réunions, il les accompagne aux champs pour leur montrer comment planter tel ou tel arbre. Grâce à lui, beaucoup se sont enrichis.»

A Hler et sa femme forment un couple heureux. Leurs quatre enfants, deux filles et deux garçons, ont fait de bonnes études. La cadette vient se sortir diplômée de l’école de santé de la province de Kon Tum, les trois autres ont déjà un emploi stable.

Pour Dinh Thu, un cadre de la commune, A Hler est une personne exemplaire.

«A Hler ne cesse d’inciter les villageois à s’instruire en connaissances générales comme en techniques de production. En 2016, les villageois l’ont élu ‘personne prestigieuse’. Au niveau de la commune, ils sont seulement quatre à avoir eu cet honneur.»

Fort de l’exemple d’A Hler, le village de Kon Kolok s’emploie désormais à diversifier les cultures et à rester sur la voie de la production durable et de la rentabilité. La pauvreté a reculé, laissant la place à un mouvement d’émulation spontanée. Dans ce village Sedang, l’heure de la prospérité a sonné.

Commentaires

Sur le même sujet
Autres